Uncategorized

Pascale Batori

Pascale Batori

NEWSLETTER FAJ – Avril 2018 – N°6

 

PORTRAIT DE MEMBRE

PASCALE BATORI 

 

“Au Japon,  l’ordinaire devient extraordinaire”

 

Pascale Batori travaille depuis les années 2000 pour l’Éducation Nationale japonaise et développe le projet pilote de « section de recherche des langues » mené par la mairie de Yokohama. Son rôle est de familiariser les enfants japonais des écoles primaires à la culture française, en langue anglaise. Elle s’appuie sur le programme international conçu par Daniel Woods « Yes… But now in english, please ! “.

“Mon approche sur les cours de français : l’immersion dans ce programme international a complètement transformé mon approche, ma relation avec l’élève. Je ne me base plus sur ce qu’il ne sait pas mais sur ce qu’il sait. La méthode est d’autant plus gratifiante et bénéfique qu’elle envoie à l’élève le message « vous pouvez comprendre ». Les japonais ont des notions de français à travers l’histoire ou la gastronomie, vocabulaire transposé dans leur langue comme «coup d’état», «haute couture», «château», «gourmet», «mousse», etc… Il n’est pas nécessaire de tout comprendre mais avec de simples mots-clés ou expressions, toutes ces notions favorisent les actes de communication. La grammaire, le langage gestuel, l’écoute des sons, la répétition soutenue sont simplement différents moyens possibles pour communiquer”.

Pascale travaille en collaboration avec les professeurs des écoles «team teaching» et s’inspire de sa connaissance du Japon pour mieux faire connaître la France à son jeune public. Car Pascale connaît bien le Japon !

Quand elle rencontre son futur époux, Masamichi, qui exerce en tant que chef dans un restaurant japonais à Paris « Le shogun », c’est un véritable coup de foudre. Elle reconnaît en lui la force et la présence des hommes japonais qu’elle a pu déceler dans les films cultes découverts à l’adolescence, «Hiroshima mon amour» ou «La Balade de Narayama». C’est un amour fulgurant, ils se marient à Paris et enceinte, alors que son époux est appelé à rentrer au Japon pour son travail et pour une durée indéterminée, elle décide de le suivre. Le départ a lieu en 1990 et le jeune couple atterrît à Atami dans la famille de Masamichi. Les premiers mois sont difficiles, barrières linguistique et culturelle, perte de ses repères. Les relations avec sa belle-mère sont parsemées d’incompréhension mais quelques temps plus tard le couple emménage enfin dans son propre appartement. Au fil des mois, Pascale améliore son japonais, l’essor économique rend les japonais curieux de nouveaux modèles étrangers, notamment français, et en 1993 la mairie de la ville d’Atami lui propose un emploi de professeur de français. Etudiants, patrons d’hôtels, policiers, épouses, bonze, les profils de ses élèves sont variés mais tous apprécient Pascale. Ses enfants à la crèche, elle s’investit dans son nouveau travail et quelques mois plus tard elle dispense aussi des cours dans d’autres structures comme l’école de tourisme et la clinique de la ville.

Lors de ces années passées à Atami, en immersion totale, elle découvre le Japon de l’intérieur. Ses enfants fréquentant l’école internationale de Numazu, elle côtoie les mères de famille japonaises et apprend beaucoup sur la culture nippone: la communauté prime sur l’individu mais le plus déstabilisant est le fait d’être toujours dans la nuance. Pas de oui catégorique synonyme d’engagement total auquel on ne peut se désister, pas de non catégorique non plus pour ne pas briser l’harmonie des relations et qui prend une consonance encore plus forte venant d’un étranger. Savoir profiter de l’instant présent, développer l’art de la contemplation et l’unité avec la nature car «au Japon l’ordinaire devient extraordinaire».

De cette expérience, Pascale tire une vision et une approche du Japon qu’elle partage sur son site internet s-AMOUR-ai (ai: amour en japonais) qu’elle lance en 2014 avec Sonia Brichet. Un site bilingue franco-japonais à tendance culturelle basé sur les échanges interculturels.
C’est d’ailleurs pour trouver un soutien et des idées dans le développement de son projet que Pascale rejoint FAJ en 2012 au Club Entrepreneures. C’est l’occasion pour elle de se reconnecter avec sa communauté et d’y rencontrer « des femmes passionnées, énergiques et entrepreneures ». Elle s’occupe aujourd’hui des relations membres de FAJ.

San ou pas san, telle est la question ! Ou les subtilités du san-zuke

San ou pas san, telle est la question ! Ou les subtilités du san-zuke

Les Japonais ont l’habitude d’accoler un san honorifique après les noms de personnes, on appelle cela le san-zuke.  San est une contraction de sama qui veut dire seigneur et son usage a été généralisé lors de la disparition de ces derniers, les daïmyo, au début du règne de Meiji. San présente le grand avantage d’être neutre et de pouvoir s’appliquer indifféremment aux hommes et aux femmes que ces dernières soient mariées ou non. Cela fait du japonais une langue qui n’est pas sexiste, naturellement inclusive, mais que l’on se rassure, les Japonais se rattrapent par ailleurs. Pour les jeunes garçons san peut être remplacé par kun[1] en donnant le sens du « jeune Untel » tandis que pour les petites filles on utilise chan, la « petite Unetelle ». Il existe enfin une dernière méthode pour appeler les gens dans laquelle comme chez nous l’on utilise le nom seul, sans rien après. Cela s’appelle yobisute ou jeter le nom et cela exprime soit une très grande intimité soit plus souvent l’expression manifeste d’un sentiment de supériorité. Le sama d’origine, lui, n’existe plus qu’à l’état de traces dans la langue parlée dans des formules de langage honorifique comme o-kyaku sama, le vénérable client.

 

Lors du premier voyage de société dans la filiale japonaise où je travaillais, j’ai pu assister dans le bus à la cérémonie de l’appel des présents et cela a été immensément éclairant sur le san-zuke chez les jeunes Japonais. L’âge moyen des employés devait être 27 ans et le garçon en charge de l’appel devait avoir à peu près le même âge. Il commença par jeter les noms de ses camarades contemporains, « Abe ! », « Kai ! », puis donna du san aux plus anciens « Sugiura-san ! », « Okada-san ! » avant d’appeler kun les plus jeunes « Tsuda-kun », « Saiki-kun ». Une seule année d’ancienneté suffisait normalement à établir la différence hiérarchique mais en fait ce n’était pas aussi simple que cela car il y avait des exceptions, soit des jeunes qui, pour une raison ou une autre, imposaient le respect et recevaient du san et d’autres plus âgés qui au contraire resteraient éternellement kun pour tout le monde. Cette difficile gymnastique à laquelle il avait dû se livrer pour faire son appel m’a finalement réconcilié avec celle que nous devons faire en français pour passer du « vous » au « tu » et qui est si bien illustrée par l’échange que l’on prête au président Mitterrand répondant à la question d’un militant.

– Est-ce que je peux te tutoyer ?

– Si vous voulez !

Le vouvoiement en français m’énervait et j’enviais le you anglais jusqu’à ce que j’apprenne le japonais. Depuis, je me suis rendu compte que ces illogismes et ces contradictions constituaient l’un des charmes d’une langue et qu’il fallait en profiter avant que, comme l’Usted espagnol, le « vous » ne disparaisse presque totalement du français moderne.

 

[1] Kun s’écrit avec le caractère 君qui se lit aussi kimi et qui veut dire prince. C’est le même kun que dans taikun, le grand prince, appellation donnée au Shogoun lors de l’arrivée des Occidentaux au Japon en 1853 et qui permettait, mieux que Shogoun qui veut dire général, de le mettre sur le même pied que les rois ou présidents d’Europe. C’est ce même titre qui a donné tycoon en anglais.

Par Pierre Sevaistre

 

 

さん」をつけるかつけないか、それが問題だ! -「さん付け」の 妙技

日本人は名前の後に「さん」という敬称をつける習慣があり、これは「さん付け」と呼ばれています。「さん」は、主君を意味する「さま(様)」の縮約であり、明治時代になって主君である大名が消滅したときに広く使われるようになりました。「さん」は中立で、男性にも既婚女性にも未婚女性にも平等に使えるという大きな利点があり、これによって日本語は男女平等でひとりでにインクルーシブな言語となっています。とはいえ安心してください。日本人は他の面でその埋め合わせをしていますから。相手が少年の場合、「さん」を「くん[1]」に置き換えて「若い男の子」の意味を与えることできますが、少女の場合は「若い女の子」を意味する「ちゃん」を使います。そして最後にもう一つ、フランスと同じように名前だけを呼ぶという方法があります。これは「呼び捨て」と呼ばれ、非常に親しい間柄であるか、あるいは優越感をあからさまに表す場合にしばしば使われます。元々の「さま」はというと、大切な「お客様」などといった話し言葉の敬語の中にその痕跡をとどめるのみです。

 

勤めていた日本の会社で初めて社員旅行に行った時、私はバスの中で出席者の点呼というセレモニーに立ち会うことができ、若い日本人の「さん付け」の方法について大いに学ぶこととなりました。社員の平均年齢はおよそ27歳で、点呼担当の男性もそれくらいの年齢でした。彼は同期の社員の呼び捨てから始めました。「アベ!」「カイ!」次に先輩社員に対して「さん付け」で「スギウラさん!」「オカダさん!」そして後輩を「ツダくん」「サイキくん」。通常は1年でも先輩ならば序列の違いをはっきりさせるのに十分だったのですが、実際には事はそれほど単純ではありませんでした。というのも、何らかの理由で敬意を払われ「さん付け」されている年少者や、反対にいつまでも皆から「くん」と呼ばれ続けている年長者など、例外がいたからです。点呼係が取り組んだこの難しい曲芸を見て、私はついに、フランス語で「vous(あなた)」から「tu(君、おまえ)」へと相手への呼びかけ方を変えるという曲芸と折り合いをつけることができたのです。この芸当の見事な事例として、ミッテラン大統領による活動家への返答が挙げられます。

– tuで話してもいいかな?

– あなた(vous)がお望みならば、どうぞ!

 

フランス語でvousを使って話すことは私をいらつかせ、日本語を学ぶまでは、常に変わらない英語のyouを羨ましく思っていました。しかし日本語を学んでからは、こうした非合理性や矛盾が言語の魅力の一つであり、それを活用する必要があると気付きました。スペイン語のUsted(vousに相当)のように、現代フランス語からvousがほぼ完全に消えてしまう前に。

 

[1] 「くん」は、君主を意味し「きみ」とも発音される漢字「君」で表記されます。1853年に西洋人が日本に到着した際に徳川将軍が用いた呼称「大君(たいくん)」と同じ「くん」です。将軍はこの呼称によって、ヨーロッパの王や大統領と同列に扱われました。「大君」は英語の「tycoon」となりました。

 

“osewani narimashita”「 お世話になりました」

success-jpgJe vous parle souvent des relations interculturelles en entreprise et des codes de communication qui s’y rattachent. Comme déjà évoqué, la 会社 (kaisha, « entreprise » en japonais) possède dans l’inconscient collectif des nippons un pouvoir socialisant fort et participe pleinement de la reconnaissance des Japonais par l’ensemble de la société dans laquelle ils évoluent. On ne se présente pas comme « Tanaka san », mais plutôt comme « Tanaka san de Mitsubishi ! ». Du reste en japonais, le nom de la société sera placé devant le nom de la personne : 三菱の田中です (Mitsubishi no Tanaka desu, « Je suis M. Tanaka de Mitsubishi ». L’appartenance à une société est l’une si ce n’est la seule voie d’accès au grand « tout » qu’est la société japonaise au sens large du terme. Dès lors que ce passe-t-il lorsqu’on la quitte ? Une démission équivaut-elle à un suicide social ? S-amour-ai vous explique tout !

La kaisha est tout simplement la seconde famille du travailleur japonais, passant parfois même loin devant la famille « classique » dans sa liste des priorités. Le cliché du salaryman dans le dernier métro à minuit rentrant chez lui après une beuverie entre collègues est fondé sur une réalité encore observable aujourd’hui. Tout se fait avec ses collègues ! Le travail évidemment, mais la tournée des bars et les sorties karaoké aussi ! Déroger à ces règles culturelles très ancrées dans l’inconscient collectif pourrait par ailleurs nuire à votre carrière ! Si ces sorties d’entreprise ne sont pas obligatoires, les refuser systématiquement porte en soi un risque réel de marginalisation.

En effet, dans une certaine mesure, c’est après 18h que le vrai travail commence. Sortir des locaux de l’entreprise à la faveur d’un cadre neutre, permet au travailleur non seulement de se positionner au sein de l’entreprise, mais surtout d’avoir accès à nombre d’informations auxquelles il n’aurait pas eu accès dans les bureaux. Nous parlons en France de « bruits de couloir », « discussions autour de la machine à café », au Japon le mot à retenir est 飲み二ケーション (Nominikeshon : néologisme qui est le fruit de la fusion entre le verbe boire/nomu et le mot communication/komyunikeshon ). Au Japon, c’est autour d’une bière que l’on peut s’enquérir de données stratégiques, de tendances de marché ou encore laisser entendre son intérêt pour tel ou tel poste pour sa future carrière. Tout ceci participe évidemment du développement de son réseau. Le réseau personnel et professionnel vous sauvera la mise maintes fois si vous travaillez au Japon ou plus largement en Asie. En Chine, par exemple, le réseau (guanxi), est un concept central dans la vie de tout Chinois. Vous n’êtes rien en Chine sans votre réseau de partenaires, bienfaiteurs et j’en passe !
Revenons-en à notre propos initial. Suite à cette brève présentation du mode de fonctionnement des entreprises au Japon, comment donc partir sans mettre à mal ce réseau que vous avez développé au péril de votre foie ? Une fois encore, tout est codifié ! Je vous arrête tout de suite, si vous pensiez pouvoir faire comme dans la publicité pour le loto et arriver au boulot en caleçon avec un masque de canard tout en chantant « au revoir, au revoir Président », c’est raté ! (A moins bien sûr que vous n’ ayez effectivement gagné au loto, auquel cas, n’oubliez pas de m’envoyer votre vidéo !). Même si le modèle d’entreprise-famille au Japon a été mis à mal par les crises successives que l’archipel a traversé ou par les vagues d’occidentalisation, la culture japonaise reste très ancrée et les nomades du travail n’ont pas bonne presse ! Changer trop souvent d’entreprise est très mal perçu par l’employeur japonais qui y voit un manque cruel de capacité d’adaptation, d’investissement sur le long terme et d’endurance dans des situations difficiles. Les Japonais passent en effet la majeure partie de leur vie à faire 我慢 (gaman). Ce terme, parfaitement intraduisible, définit la société japonaise dans ce qu’elle a de plus intime, à savoir cette capacité à encaisser les coups et toujours se relever. Au Japon on fait « gaman » dans les moments pénibles, mais on ne jette jamais l’éponge. Dès lors, la personne qui démissionne ad nauseum sera perçue comme quelqu’un qui abandonne vite. Les sociétés japonaises qui investissent beaucoup dans la formation de leurs employés ne vont pas prendre le risque d’embaucher quelqu’un qui a la fâcheuse tendance à prendre la tangente quand le bateau prend l’eau. Dans l’idéal japonais on se noie ensemble !

lettre-jpgSi vous n’aimez pas avoir les cheveux mouillés ou que de votre démission dépend votre santé mentale, alors oui partez, mais encore et toujours avec respect et politesse. N’oubliez pas que vous êtes au Japon. Le patron que vous quittez et qui est peut-être à vos yeux la réincarnation de Satan lui-même n’en est pas moins un élément de votre réseau. Restez donc en bons termes car qui sait, dans cinq ans, une lettre de recommandation de sa part vous ouvrira la porte du job de vos rêves ! Il en va de même pour tous vos collègues. Remerciez les tous sans exception pour leur soutien exceptionnel, leur gentillesse, leur efficacité, même ceux que vous avez envie de défenestrer. Vous l’aurez compris, l’hypocrisie est internationale ! Si un coup d’éclat pourra (et encore ça n’est pas assuré) être oublié en France, au Japon, les sociétés pour lesquelles vous avez travaillé vous définissent d’une certaine façon. Par le truchement de vos expériences vous développez un profil d’entreprise, un réseau qui vous servira toute votre vie. N’oubliez pas donc d’envoyer à tous vos collègues, à tous vos clients et partenaires un témoignage de votre gratitude pour tout ce qu’ils ont fait pour vous. En japonais la formule お世話になりました (osewani narimashita) exprime tout à fait la dette morale ressentie suite au service rendu.

Après tout, dire « merci » est la plus belle forme d’humilité et le meilleur vecteur d’harmonie dans toute société. Bon je vous laisse, j’ai deux mots à dire à mon patron…

Par Matthieu Lavalard

 

「お世話になりました」

私はよく、会社における異文化間の関係性とそれに付随するコミュニケーションの作法についてご紹介しています。すでにお話した通り、日本人の集団的無意識のなかで「カイシャ«entreprise»」は社会主義的に強い力を有しており、個人が社会から認められるために大きな役割を果たしています。人を紹介するときには「田中さんです」ではなく、「三菱の田中さんです」。« Je suis M. Tanaka de Mitsubishi »となるフランス語とは逆に、日本語では人の名前よりも会社の名前が先にくるのです。会社に所属しているということが、広義の日本社会という「すべて」にアクセスできる唯一の…とまでは言えずともひとつの方法なのです。では、会社を辞めたらどうなるのでしょうか?退職は社会的自殺に等しいのでしょうか? S-amour-aiがすべてご説明します!

カイシャは日本人労働者にとって第二の家族であり、「正統な」家族よりもずっと優先順位が高い場合もあります。同僚と飲みに行き真夜中の終電で帰るサラリーマンというお馴染みのイメージは、今でも目にする現実に基づいています。すべてが同僚と一緒!仕事はもちろん、酒場めぐりやカラオケも!集団的無意識に深く根ざしたこの文化的規範に背くと、キャリアに響く可能性さえあります!こうした会社関係のつきあいは義務ではありませんが、徹頭徹尾これを拒否することは、会社の中で孤立するリスクをはらみます。

実際、ある意味ほんとうの仕事が始まるのは午後6時からです。オフィスを出てニュートラルな場所へ行くことで、労働者は会社の中での自分を位置付けられるだけでなく、オフィスでは得られない数多くの情報に触れることができるのです。フランスでは« bruits de couloir » (廊下での噂話)« discussions autour de la machine à café »(コーヒーメーカーを囲んでの議論)という言い方をしますが、日本で覚えるべき言葉は「飲みニケーション」。飲むという動詞とコミュニケーションとを組み合わせた造語です。日本では、ビールを片手に戦略的データや市場の傾向を問い合わせたり、将来的に自分が就きたいポストをほのめかしたりすることができます。すべては、もちろん自分の人脈を拡大することに役立ちます。日本、またはより広くアジアで働く場合には、個人的および職業上の人脈が幾度となく窮地を救ってくれることでしょう。たとえば中国では、関係(guanxi、ビジネスネットワーク)はすべての中国人の生活上の中心概念です。中国ではパートナーや恩人や…とのネットワークがなければ、見向きもされません!
始めに戻りましょう。ここまで日本の会社の仕組みを手短にご紹介しましたが、それでは自分の肝臓を犠牲にして築き上げた人脈を台無しにすることなく去るにはどうしたらよいのか?ここでも、すべてが体系化されています!(フランスで流れている)ロトくじのコマーシャルのように、短パンに鴨のお面といういでたちで職場に現れ、「さよなら、さよなら社長~」と歌って別れを告げるなんてことを考えているひとがいたら、大きな間違いです(ただし、本当に宝くじに当選した場合は話は別です。その場合は私に退職の際の動画を送ってくださいね!)。日本の会社=家族、というモデルは、度重なる経済危機や西洋化の影響で打ち砕かれたとはいえ、日本の文化は依然としてこの価値観に深く根ざしていますし、職を転々とする人の評判は良くありません!日本の雇い主は、頻繁に転職を繰り返す人に対して、適応能力や長期にわたり努力する力、そして困難な状況に立ち向かう力が決定的に不足しているとして良い印象を持ちません。実際、日本人は人生の多くの時間を「ガマン」して過ごしています。フランス語に訳すことが不可能なこの言葉は、打撃に耐え、必ず立ち上がる能力を指しています。日本では辛いときには「ガマン」をしますが、決してあきらめません。ですから、繰り返し転職する人はすぐにあきらめる人と見なされるのです。日本の会社は社員教育に多大な投資をしますから、船が沈みそうな時にこっそり逃げ出しそうな人物を雇うような危険は冒しません。日本的な理想像は、みんな一緒に沈むことなのですから!

髪を濡らしたくない人、またはメンタルヘルスが理由で退職する場合は、どうぞご随意に。とはいえ、丁重に、礼儀正しく退職してください。日本にいることを忘れないで。辞めようとしている会社の経営者は、今は悪魔の生まれ変わりとしか見えていなくても、あなたの人脈の一要素であることに間違いありません。仲良くしておきましょう。5年後に彼の手による推薦状が憧れの職業への道を開いてくれるかもしれないのですから!同僚全員についても同じことです。彼らのサポート、親切、有能さなどについて、ひとり残らずお礼を述べておきましょう。窓から突き落としてやりたい相手であってもです。もうおわかりでしょう。偽善というやつは万国共通です!派手な一撃はフランスでは忘れてもらえるものですが、日本の会社でそれをやったら退職後も特定のイメージをもたれてしまいます。自分の経験を通して自分の会社における人脈を築き、それは生涯にわたってあなたの役に立つでしょう。ですから、必ずすべての同僚、クライアント、パートナーに対して、お世話になったことのお礼を伝えておきましょう。日本語の「お世話になりました」は、自分のために何かしてもらったことに恩義を感じていることを示しています。

結局のところ、「ありがとうございます」が、最もスマートな謙遜の表現であり、あらゆる会社において協調をもたらす最善の表現ではないでしょうか。さて、今回はこのあたりで。ちょっと私の社長に話があるので…

ラヴァラール マチュー

 

Le jeu de go : stratégie à deux !碁会所に行ってみてはいかが?

Traduit japonais/français

le-jeu-de-go-jpgY a-t-il des personnes qui s’intéressent au jeu de  go  ?                                                               La majorité des japonais connaît ce jeu, en revanche la plupart des étrangers n’ a qu’une vague idée. En résumé, pour jouer au go, il faut un damier sur lequel sont disposés, selon des règles précises, des pions noirs et blancs appelés pierres. Le joueur qui occupe le plus de territoire, en fin de partie, est le gagnant.
Dans la plupart des cas, les pierres noires sont attribuées au joueur le plus faible, et les blanches au plus fort. Plusieurs cas de figure existent. C’est au joueur des pierres noires de commencer la partie, disposant d’ une totale liberté de les mettre sur les intersections (du quadrillage) de  son choix ; ou alors dans le cas de deux joueurs forts, la méthode « nigiri » est utilisée pour trancher sur la question de celui qui commence en premier : le joueur prend une poignée de pierres, blanches ou noires, celles qui sont à portée de main, les lance sur le damier, l’autre joueur s’y prend de la même manière, et le nombre total des pierres des deux joueurs est compté. Au nombre pair, le joueur des pierres noires commence; au nombre impair, il joue au second tour.

Les tarifs varient selon les clubs. Un montant de 1000 yens est requis pour une journée de jeu. Un nombre élevé de personnes en retraite est inscrit aux associations de jeu de  go .
Le jeu de  go  doit son succès d’une part, pour les opportunités de rencontres sociales qu’il offre et d’autre part, pour son côté anti-veillisement, excellent remède contre les effets de radotage dû à l’âge.
Le jeu de  go s’est popularisé auprès des femmes et des enfants, grâce à la bande dessinée « Hikaru no go ». Sa parution, en effet, a incité ce nouveau public à s’y intéresser.
Ceux qui envisagent de devenir des joueurs professionnels, commenceront à jouer à partir  de 3 ou 4 ans. Certains cesseront leur scolarité dès le lycée même s’ il est obligatoire de poursuivre ses études jusqu’à 16 ans. L ’examen pour obtenir le statut de professionnel n’est pas accessible à tous ; seuls les plus forts sont sélectionnés. Le chemin reste étroit. Dans le monde entier, le nombre de joueurs s’élèvent à 50 millions dont cinq millions sont Japonais

A propos, le jeu de go est d’origine chinoise mais si vous êtes de passage au Japon avec l’envie de jouer, d’observer une partie, l’association du jeu de  go  vaut le détour. Cette association privée a été fondée en 1924 pour promouvoir le jeu de  go . Les professeurs de  go  sont tous membres de cette association. Ils évaluent la dextérité des joueurs, les répartissent dans des groupes celui des « dan » et leur remettent des certificats. Ils organisent les cours, les matchs de go, etc…
La maison mère se trouve à 2 minutes de la gare Ichigaya à Tokyo. On peut rencontrer des étrangers dans les centres principaux d’Osaka et de Nagoya.

Info pratique : transfert de la maison de  go  de Yaesu proche de la gare de Tokyo à Yurakusho, près de la gare, le 2 juin 2013.
Nommée la maison de  go  de Yurakusho, « Tokyo kotsukaikan » se trouve au 9ième étage. Il y a une organisation internationale de tourisme au 10ième étage, un change de monnaies étrangères « World currency shop » au 2ième étage et au rez-de-chaussée des produits et spécialités de provenance d’Osaka, d’Hokkaido et de Toyama.

Par Noriko Tada

日本棋院:http://www.nihonkiin.or.jp/index-e.htm
ヒカルの碁:http://www.tv-tokyo.co.jp/anime/hikaru/
国際観光振興機構:http://www.jnto.go.jp/
東京交通会館:http://www.kotsukaikan.co.jp/service/index.html#tra

 

碁会所に行ってみてはいかが?

囲碁に興味がある方はいらっしゃいますか?日本人なら誰でも知っている囲碁ですが、外国の方は知らない方も多いかもしれません。
囲碁は升目のついた碁盤の上に白と黒の石を一定のルールのもとに置いて行き、最終的にどちらが自分の陣地を多く確保できたかを競うゲームです。たいてい弱い人が黒の石を使い、強い人が白の石を使い、弱い黒の人は実力が見合うようにあらかじめいくつかの石を置かせてもらってゲームを始めることもあります。だいたい実力が同じ人同士が対戦する時は「にぎり」という方式でどちらが黒石(後手)か白石(先手)かを決めます。白石が手元にある人が適当に碁石をにぎって、碁盤の上に載せ、もう一人の人は黒石を一つか二つ握って碁盤の上に出し、合計した石の数が偶数なら黒先手、奇数なら黒後手です。日本では年配の男性を中心に愛好者が多く、日本棋院に行くとそこで囲碁を楽しんでいるのは多くが退職した年金生活の男性です。碁会所によって料金は多少異なりますが、入場料は千円ちょっとで一日遊べるし、ぼけ防止、社交にと人気があります。「ヒカルの碁」という人気アニメのヒットもあって、子供や女性の愛好者もいます。囲碁のプロ棋士になるような人はたいてい3〜4歳から始めるようで、中学校までの義務教育を終えたら、高校には行かずにプロ棋士を目指す人も多いようです。試験はとても難しくて、本当に強い人しかプロにはなれない狭き門です。囲碁の競技人口は世界で5千万人、日本国内では5百万人だそうです。
さて、囲碁はもともと中国から伝わったものですが、日本に来て囲碁を楽しみたい、囲碁がどんなものかちょっとでも見てみたい、と思う人はぜひ日本棋院に行ってみてはいかがでしょうか?日本棋院は1924年に日本文化の囲碁の普及を目的として設立された民間団体でプロ棋士が所属し、アマチュアに対しての段位認定、
免状発行、囲碁教室、囲碁大会などを行っています。東京の市ヶ谷駅から徒歩2分ほどの所に本院があり、大阪には関西総本部、名古屋には中部総本部もあります。外国人の方も何人か見かけますよ。
その他東京では東京駅八重洲口からすぐそばの所に「八重洲囲碁センター」があったのですが、2013年6月2日から、有楽町駅近くの東京交通会館というビルの9階に移転し、名称も「有楽町囲碁センター」となりました。同じビルの10階には外国人に旅行情報を提供する国際観光振興機構、2階には外貨両替ができるワールドカレンシーショップ、1階には大阪、北海道、富山など地方の食べ物が買える物産館もありますよ。
日本棋院:http://www.nihonkiin.or.jp/index-e.htm
ヒカルの碁:http://www.tv-tokyo.co.jp/anime/hikaru/
国際観光振興機構:http://www.jnto.go.jp/
東京交通会館:http://www.kotsukaikan.co.jp/service/index.html#tra

多田 紀子 

 

Mythologie française et Japonaise, l’affrontement ultime!フランスの神話と日本の神話、究極の対決!

 

ROUND 1: Sirene vs. Amikiri, FIGHT !
Mieux qu’un combat de Pokémons et plus intense qu’un combat de coqs, j’ouvre ici une série d’articles intitulée « Mythologie française et japonaise, l’affrontement ultime ! » et vous inviterai régulièrement à assister à un combat digne des plus grandes épopées Homériques !

Nous sommes, comme vous le savez, investis dans la comparaison interculturelle, la découverte et parfois la confrontation. Nous sommes différents, il est donc bien naturel qu’il y ait parfois « cassure » ou que des conflits naissent d’un chauvinisme national fort ! A coups de « c’est nous les plus forts », de nombreuses cultures se sont développées à travers les âges dans l’antagonisme. On se définit parfois « contre » un ennemi. On sublime ses mythes fondateurs. On réinvente son histoire… Mon but n’est bien évidemment pas d’entrer dans un combat culturel stérile, mais plutôt d’envisager une rencontre « mythologico-sportive » avec des protagonistes hauts en couleurs ! Laissez-moi donc vous présenter nos premiers « challengers » qui auront la lourde tâche de démontrer leur capacité à terroriser les marins et pêcheurs : j’ai nommé la Sirène et Amikiri ! Qui de la France ou du Japon possède l’em-« pêcheur » de tourner en rond le plus pêchu ? A vous d’en juger !

1) L’apparence
la-sireneLa Sirène tout d’abord (de tradition gréco-romaine, non pas la scandinave à queue de poisson) est un charmant hybride entre une femme et un oiseau qui réside nous dit-on à l’entrée du détroit de Messine en Sicile. Son origine est confuse et diffère selon les mythes. Tous s’accordent néanmoins pour lui reconnaître un talent certain pour la chanson !
Amikiri, littéralement « le coupeur de filet », est une créature de la mythologie japonaise à tête d’oiseau dont le corps de serpent est surmonté d’une sorte de carapace segmentée rouge. Il est par ailleurs doté de pinces de homards ! (Bon courage pour dormir cette nuit !)
Avec un sublime combo serpent-oiseau-homard, j’aurais tendance à donner un léger avantage à Amikiri dans la catégorie « monstre fantastique sur lequel tu n’aurais pas envie de tomber tard le soir dans une ruelle sombre ».

2) L’efficacité au travail
amikiri-1Nous le disions en introduction, ces deux créatures sont bien implantées dans le business de terrifier les pécheurs et navigateurs ! Mode opératoire ? Dommages collatéraux ? Je vous dis tout !
La Sirène, elle, s’exécute en musique ! Elle attire les navigateurs de son chant envoûtant et les amène à s’échouer sur les récifs, où ils seront dévorés sans autre forme de procès.
Amikiri, lui, est sur un marché niche et a fait des pêcheurs sa spécialité. Il prend un malin plaisir à couper leurs filets de ses pinces de homards, rendant leur travail impossible. Pas de mise à mort finale, comme quoi son apparence dissimule peut-être une bonté insoupçonnée ! On saluera néanmoins la diversification de ses activités ! Il ne s’arrête pas aux filets de pêche, mais quitte parfois son domaine marin pour aller couper les moustiquaires. Une joint-venture avec le chikungunya peut donc s’avérer fatale ! Sur le marché actuel, il est primordial de savoir s’entourer de bons partenaires commerciaux !
Niveau efficacité au travail, je donnerais l’avantage à la Sirène qui ne fait pas son boulot à moitié ! Bel effort d’Amikiri cependant !

3) Léviathan : histoire de mettre tout le monde d’accord !
Terreur marine assimilée au chaos primitif dans la mythologie phénicienne, Léviathan est également bien représenté dans les récits hébraïques et bibliques sous forme d’un serpent croisé avec un requin, croisé avec un crocodile, lui-même croisé avec une baleine. Les descriptions sont aussi diverses que terrifiantes ! Souvent mentionné dans les récits apocalyptiques, Léviathan mange pour ainsi dire les Sirènes et Amikiri au petit dej’ !

Match nul pour nos protagonistes ! A bientôt pour un prochain « affrontement ultime ». En attendant, n’oubliez pas vos boules quies et de blinder vos moustiquaires !

Par Matthieu Lavalard

フランスの神話と日本の神話、究極の対決!
第1ラウンド:セイレーンvs 網切、ファイト!

これから「フランスの神話と日本の神話、究極の対決!」と題して、ポケモンのバトルよりも素晴らしく、闘鶏よりも激しい戦いのシリーズを連載することにしました。定期的に、ホメロスの偉大な叙事詩にもふさわしい戦いを皆さんにお届けしますね!

皆さんご承知の通り、私たちは日仏文化の比較に力を注いでおり、新たな発見や、時には衝突が生まれてきます。文化的背景が違うのですから、時に「断絶」が生じたり、盲目的な愛国心から対立が生まれたりすることは至極当然です。「一番強いのは我々だ」という自負のもと、敵対関係の中から長い年月をかけて数多くの文化が花開いてきました。人間は時として敵との「対比によって」自分を定義します。そして自分たちの始祖に関する神話を昇華させ、自分たちの歴史に新たな意味を与えます。しかしもちろん、私の目指すところは無益な文化的対立をあおることではなく、傑出した主役たちの「神話-スポーツ的な」対戦です。それでは最初の「挑戦者」たちをご紹介しましょう。船乗りや漁師たちを恐怖に陥れる能力を示すという重大な任務を負ったものたちです。ノミネートされたのは、セイレーンと網切!最も罪深い人 (pêchu)に、「水をさす(em-« pêcheur»)」のはフランス代表か、日本代表か?審判は、あなたです!

1) 外見
まずはセイレーンのご紹介から。ギリシャローマの神話がもとになっており、スカンジナビアの人魚とは違います。セイレーンは上半身が女性、下半身は鳥の姿をした魅力的な海の魔物で、シチリア島のメッシーナ海峡の入り口に住んでいると言われています。その素性は定かでなく神話により異なりますが、歌が上手いという点ではどれも一致しています!
一方、文字通り「網を切る存在」である網切は、日本の神話に登場する生き物で、頭は鳥、身体は蛇で赤い甲殻のようなものに覆われています。さらに、オマール海老のような鋏が付いています!(今夜、皆さんの夢に出てきませんように!)
蛇-鳥-オマール海老という見事なコンボにより、私は「夜の裏通りで遭遇したくない、不思議な怪物」部門においては網切が若干の優勢かと思います。

2) 仕事上の有能さ
最初に述べた通り、これら2種類の怪物は釣り人や船乗りを恐怖に陥れるという仕事にどっぷりとはまっています。その方法は?巻き添え被害は?これからすべてお話します。
セイレーンは、音楽を使います!魅惑の歌声で船乗りを引きつけて座礁させ、いきなり食い殺してしまうのです。
一方で網切は、よりニッチな市場を狙い、釣り人専門です。オマール海老の鋏で釣り人の網を切り、仕事をできなくしてしまうのです。しかし人の息の根まで止めることはありません。見かけによらずイイ奴なのかも!しかし網切の活動対象は漁の網にとどまりません。時には海の棲家を出て陸に上がり、蚊帳を切りに行きます。蚊が媒介するチクングンヤ熱とのジョイントベンチャー。これは人の命を奪うかもしれませんね!昨今の市場では、良いビジネスパートナーと手を組むことが肝要ですからね!
仕事上の有能さという点では、徹底的にやるセイレーンが優勢と言えるでしょう。とはいえ網切もガンバっていますが!

3) レビアタン:みんなを仲裁する物語
レビアタンとは、フェニキア神話では原初のカオスと見なされた海の乱暴者。ヘブライ語の物語や聖書の中では、鮫と蛇の掛け合わせ、あるいは鯨との掛け合わせである鰐と蛇との掛け合わせ、といった形でも表されています。さまざまな描写がありますが、いずれも恐ろしい! 黙示録でも頻繁に言及されているレビアタンにかかれば、セイレーンも網切も朝飯前にぺろっと平らげられてしまいます!

というわけで、両者引き分け! 次の「究極の対決」をお楽しみに。それまでに、耳栓のご用意と蚊帳の補強をお忘れなく!

ラヴァラール マチュー

Commandez le bonheur avec le menu du nouvel an年末年始日本の食文化

(Traduit japonais/français)

s-amour-aiEntre le dernier jour de l’année et les premiers jours de la nouvelle, le menu traditionnel ne tolère aucune improvisation. Le dernier jour de l’année « omisoka », on sert le « toshikoshi soba », nom compliqué qui, en réalité est un plat tout simplement composé de soba.
Ce genre de « pâte » est réputé pour sa facilité à se casser. Ce qui signifie que l’on rompt avec les malheurs de l’année passée. En outre, par leur longueur, les nouilles de soba sont un symbole de longévité. Le 31 décembre, tout le monde consommera du soba. En général, les restaurants de soba sont pris d’assaut, et les gens font la queue devant les restaurants anciens et connus.
De nos jours, nombreuses sont les personnes qui en consomment dans la journée, alors qu’autrefois le soba était servi la nuit selon les dires de mes proches, sans parler de ceux qui préfèrent les nouilles chinoises ou les personnes seules qui choisissent les nouilles instantanées !

Le soba de qualité…

Le plat le plus populaire est la langoustine frite posée sur le soba
accompagnée de légumes frits ou toute autre garniture comme l’igname de Chine, légume blanc gluant ou le radis blanc râpé.
Intéressons-nous maintenant au pourcentage de farine de sarrasin. Si l’on compare le prix de celle-ci avec la farine de blé, la plus chère est la farine de sarrasin. Au dos des paquets de soba, vendus dans les supermarchés, est indiqué en général un taux élevé de farine de blé. Les ingrédients sont notés selon un ordre spécifique, allant de la quantité la plus grande à la plus petite. Donc sur le paquet d’un soba cher, la quantité de farine de sarrasin doit se trouver tout en haut de la liste des ingrédients.
Des indications de pourcentage sont affichées au restaurant ; le nom des nouilles diffère selon le taux de pourcentage de farine de sarrasin : 100 % « Ju wari soba », 80% « Ni hachi soba ». En revanche, dans les restaurants au service rapide, debout devant le plat de soba, prix moins chers, aucune indication ne mentionne la quantité de farine de sarrasin. Pour la connaître, il faudrait demander mais ce n’est pas dans les habitudes du Japonais de poser de telles questions.
On ajoute cependant une mention spéciale lorsqu’il s’agit de farine à base de pomme de terre « Yamaimoko », bien meilleure que la farine de soba ordinaire.

« Osechi » !

s-amour-aiLa préparation de la cuisine traditionnelle du nouvel an, ainsi les gâteaux de mochi empilés les uns sur les autres « kagami mochi » se terminent le 30 décembre mais depuis quelques années, une foule de personnes se précipitent encore dans les magasins, le 31 décembre pour y faire ses derniers achats. A Tokyo, dans le quartier commerçant d’ Ueno, le marché aux poissons « Tsukiji », célèbre endroit, attire plus de clients qu’à l’ordinaire pour les achats du nouvel an.
Les trois premiers jours de la nouvelle année, le dieu « Toshigami sama » (dieu du nouvel an) visite les demeures. Pour bien l’accueillir, on doit éviter de passer de longues heures dans la cuisine. En réalité, on l’utilise ! Comme on prépare une quantité de mets pour une durée de trois jours, un assaisonnement relevé conserve les aliments . Autrefois, tout se cuisinait à la maison.
Actuellement, 80% des personnes achètent les plats du nouvel an confectionnés dans les grands magasins ou supermarchés. La cuisine « Osechi » se commande des mois à l’avance pour être finalement livrée juste avant la fin de l’année.

Certaines personnes commandent leur « Osechi » dans des restaurants de luxe. D’autres encore commandent des plats recherchés, français ou chinois, dans de grands restaurants. Toutefois, il n’est pas d’usage de commander une cuisine luxueuse. La majorité des gens prépare au moins des légumes bouillis et des radis blancs marinés dans une vinaigrette.
Les autres plats sont achetés puis rassemblés dans des boîtes laquées conçues à cet effet.

Chaque plat ou aliment correspond à un message, à un souhait…

3755_1688305034789681_302867844823329362_nLa cuisine du nouvel an, « Osechi » et les simples aliments la composant ont une signification à travers des jeux de mots d’où sont ensuite extirpés des souhaits : « Kuro mame,黒豆 » (les haricots noirs) désigne une personne assidue, ponctuelle au travail et donc donne du courage au travail ; « Kazunoko,数の子 » (les oeufs de hareng) sous-entend la prolifération, « Satoimo,里芋 » (les pommes de terre japonaises) évoque la prospérité ; «Tazukuri,田作り » (petits poissons caramélisés) écrit avec le kanji signifiant « cultiver les champs de riz » représente l’abondance en riz ; « Ebi,海老 » (langoustine) annonce la longévité ; « Datemaki,伊達巻き » (rouleau d’omelette sucrée) s’accorde avec de bonnes études ; « Konbu,昆布 » (laminaire) exprime la joie ; « Kurikinton, 栗きんとん» (une sorte de pâte de marron) signifie la fortune ; « Kohaku namasu,紅白なます » (radis blanc et carotte), par ses couleurs rouge et blanc, sont les couleurs du bonheur.
Ensuite, il y a l’indispensable « Ozoni,お雑煮 » (bouillon au mochi). Il en existe toute une variété partout dans le Japon et ils sont si nombreux que l’on ne peut pas les décrire tous.

De la fin de l’année aux premiers jours de l’ an, on mange tant que l’on prend du poids. Les trois premiers jours de l’année sont fériés ; les banques et les magasins sont fermés.
Surtout ne manquez pas de goûter la cuisine du nouvel an, si vous êtes de passage au Japon.

Par Noriko Tada

年末年始日本の食文化

日本では、年末年始に食べる物は決まっています。まず、12月31日の大晦日には「年越し蕎麦」を食べます。大晦日に食べるのでそのような名前がついていますが、中身は普通のお蕎麦です。蕎麦は他の麺類よりも切れやすい事から、「今年一年の災厄を断ち切る」という意味や、「細く長く健康長寿を」という意味など諸説あります。とにかく、この日は皆お蕎麦を食べます。お蕎麦屋さんはこの日はどこも大忙しで、特に昔からある有名なお蕎麦屋さんには行列が出来るほどです。本当は、夜に食べるのが習わしだと私は昔両親から聞きましたが、昼に食べる人も多いようです。また、ラーメン好きの人はラーメンを食べたり、一人暮らしの人は即席のカップラーメンで済ませる人もいるようです。一番一般的なのは、海老の天ぷらが乗った海老天蕎麦やかき揚げを乗せたかき揚げ蕎麦だと思いますが、とろろ蕎麦や、大根おろしをかけたおろし蕎麦など、食べ方は様々です。
私が気にかけているのはそば粉の割合です。そば粉と小麦粉の価格を比べてみると、そば粉の方が値段が高いので、スーパーマーケットなどで売られている多くのお蕎麦は小麦粉の割合の方が多く、そのことはパッケージの裏に書かれた原材料表示を見ればわかります。原材料は使用量の多い順に書く事になっているので、多くのお蕎麦は「原材料:小麦粉、そば粉・・」となっていますが、値段が高いお蕎麦は「そば粉、小麦粉・・」とそば粉が先に書かれているはずです。そば粉の割合が100%なら「十割蕎麦」8割なら「二八蕎麦」など言い方があり、そのような表示を店頭に出しているお蕎麦屋さんもあります。何も表示がない安い立ち食いのお蕎麦屋さんは確実に小麦粉の
割合が多いお蕎麦で、そば粉が何パーセント入っているかはお店にきいてみないとわかりませんが、日本人でそんなことをお店の人にきく人はいません。それから、少し良いお蕎麦として、山芋粉が入っているお蕎麦もあります。このようなお蕎麦は「山芋入り」などの表示で強調されています。
さて、新年の正月用の鏡餅やおせち料理は12月30日までに用意するのが本来の習わしですが、最近は31日まで営業しているお店も多いこともあって31日に買い出しに行って買いそろえる人も多いようです。東京では上野のアメ横や築地市場が有名で、正月用の食品を買い求める人たちでごったがえします。正月三が日は年神様をお迎えするにあたって所に立たないようにするため(実際には台所を使いますが)3日分の料理を作るもので、保存が利くように味付けはやや濃いものが多いです。昔はおせち料理を家庭で作る人も多かったようですが、今は8割の人がおせち料理をスーパーマーケットやデパートなどで買うようになりました。デパートでのおせち料理の予約は数ヶ月も前から受付し、年末には届けられます。高級料亭におせち料理を注文する人もいて、最近はフランス料理店や中華料理店でも、フレンチおせち、中華おせちを作って売るお店もあります。こんな高級お節を注文する人はごくわずかで、多くの一般庶民は煮物やなますなど、家庭で作れる範囲の物は手作りをして、その他のものはスーパーで単品を買って来てお重に詰めるようです。
正月用のおせち料理には意味があって、黒豆はマメに働く、数の子や里芋は子孫繁栄、田作りは五億豊穣、海老は長寿、伊達巻きは学問成就、昆布はよろこぶ、栗きんとんは金運、紅白なますは紅白の縁起物、などと言われます。
それから、日本のお正月にはお雑煮も欠かせません。お雑煮も全国各地で様々なものがあり、語りきれません。こんなふうに、年末年始は食べなければならないものがたくさんあるので、体重が増えてしまう人も多いんです。
日本では正月三が日は仕事を休む人がほとんどなので、3が日はお店も銀行も、どこもかしこもほとんど休みですが、もしお正月に日本に来ることがあったら、これら一連の日本の食文化を味わってみるのもいいのではないでしょうか。

(原材料名の冒頭に「そば粉」と書かれた、そば粉50%以上の蕎麦)
(おせち料理の新聞織り込み広告の写真)

多田 紀子

 

7ième éditorial

Le 7ième éditorial

 

s-amour-aiA trois heures du matin, une sirène stridente retentit. Alerte à une supposée vague géante sur les côtes ! Sous un ciel sombre zébré d’éclairs silencieux, un de ces orages muets nous abandonnons la maison sans nous retourner ; notre seule présence sur la route déserte, nous fait douter de l’imminence du danger. Soudain, l’écho d’un croassement fend le ciel de son silence mortel. Sursautant, l’angoisse se fige dans nos coeurs… Que de nuits agitées au Japon ! Et d’autres nuits encore plus inattendues ! Préludes de la fête d’Halloween ! Toutes les citrouilles ou Jack à la lanterne peuvent bien ricaner de leurs sourires édentés, nos frayeurs sont déjà passées. Au lieu d’avoir une vision réaliste d’âmes errantes et de son cortège funeste si cher à la fête d’Halloween, c’est plutôt un déploiement de déguisements divers, personnifiant une liberté d’être; des tenues créées de toutes pièces ou d’autres évoquant un univers particulier. Le déguisement est roi ! Apprendre à jouer et à changer d’apparence pour changer la réalité ? Laisser la vie jouer avec les apparences sans juger ? Ne laissez pas tomber vos masques d’apparat !

Mais la culture japonaise ne se laisse pas intimider par l’influence grandissante de la citrouille vedette, tournons notre regard vers cet étrange marathon (Obussé-mini-marathon) ; « Godzilla », en personne, sans aucun plateau de tournage à l’horizon, est en pleine course avec trois personnes en forme de colonnes sur pieds, imitations parfaites de celles érigées devant le temple « Zenkoji » à Nagano. Bien d’autres parades encore..

Que d’audace ! Alors pourquoi ne pas vivre naturellement ses particularités, ses rôles dans la vie ? Oser être vraiment soi-même…

gozillajpeg朝の3時に鳴り響く、鋭いサイレンの音。高波警報!稲妻が音もなく空を切り裂き、静かな嵐に人びとは家に籠ります。人けのない道を通っていると、危険が差し迫っているという思いが押し寄せます。突然、カラスの鳴き声が静かな空に響きわたり、驚いて飛び上がりながら恐怖にとらわれます。日本の夜は何と不安なものでしょう!さらに思いがけない夜もあります!たとえばハロウィーンの前!歯の抜けた顔でにやにやと笑うカボチャのジャック・オ・ランタンがあちこちに並び、私たちの恐怖を掻き消してくれます。
日本のハロウィーンには、ハロウィーン本来の、彷徨える魂やその葬列に対する現実主義的なビジョンは無く、その代わりにさまざまな仮装を思い思いに楽しむ機会となっています。すべて手作りの衣装や、特殊な世界を体現した衣装。仮装最高!現実を変えるために、見かけを変えて何らかの役割を演じる修行? さまざまな見かけを試し、人生を楽しむため?豪華な仮面をつけたままにしないと!

ただし、日本の文化は年々高まるカボチャ(ハロウィーン)の影響に押されっぱなしではありません。例えば毎年7月に開催される「小布施見にマラソン」。この変わったマラソン大会では、今年は「ゴジラ」が撮影スタジオでもないのにランナーとして走りました。その横には今年開催された長野の善光寺御開帳の回向柱になりきった集団が。他にも大勢の仮装ランナーたちが続きます。

何て大胆な!自分の個性、人生における自分の役割を受け入れ、自然に生きませんか。思い切って、ほんとうの自分自身でいましょうよ…

 

Paris

Paris November 14Je présente, au nom de toute l’équipe Samourai, nos condoléances aux familles et personnes touchées par ce drame.
Nous voulons exprimer notre soutien, notre peine pour cette France meurtrie, loin des yeux mais si près du coeur.
Des pétales de fleurs vont pleuvoir sur ces vies perdues, si ces fleurs ne peuvent se présenter, nos larmes même séchées laisseront des traces.
Les Français du Japon ne vous ont jamais oubliés.

Samouraiの全スタッフは、このたびの悲劇に見舞われた方々と、そのご家族にお悔みを申し上げます。
物理的な距離は離れているとはいえ、心の中ではとても近くに思っているフランスが、今回の事件で激しく傷つけられました。私たちは、深く心を痛めつつ、フランスを支援する気持ちをここに表明します。
今回失われた、たくさんの命の上にはたくさんの花びらが降り注がれることでしょう。私たちは直接花をささげることはできませんが、私たちが流した涙の痕は、これからも消えることはありません。
日本にいるフランス人は、みなさんのことを決して忘れません。

Comédie musicale Cats : Mr Mistoflees, le magicien ! 「ミュージカル『キャッツ』:マジカル・ミスター・ミストフェリーズ!」

Akihiko Nagano Le temple Gotokuji (Maneki Neko)
Le temple Gotokuji (Maneki Neko)

D’après la légende de « Maneki Neko », le chat détient depuis toujours des pouvoirs magiques. Tama, un chat errant a apporté chance et prospérité à son maître, autrefois. Un temple lui est dédié. Depuis, des effigies de chat, (chat qui fait signe de venir avec la patte), indispensable à la croissance économique selon la croyance, sont présents chez les commerçants. En dehors des affaires d’ordre mercantile, la passion des chats s’exprime sous toutes ces formes . Personnes transformées en chat dans des spectacles ou chat élevé au rang de l’ humain ; c’est le cas d’un félin, promu chef de gare et portant casquette et sifflet autour du cou, présence si singulière qui a attiré une foule immense à Kinokawa, petite bourgade déserte, située dans l’ouest du Japon. Aussitôt après sa mort, en souvenir de cette période florissante, et pour honorer le Sauveur de la ligne ferroviaire Wakayama, ses nombreux admirateurs japonais et même étrangers sont venus se recueillir devant son monument funéraire, véritable temple portant son nom…Tama !                                                                                          Tama ? Est-ce le prénom habituellement attribué aux chats exceptionnels ou est-ce la réincarnation des esprits bienfaisants ? Ah ! retour à l’Egypte antique !? Hello Kitty, une série animée et le nouveau concept du café à chats ouvert à Tokyo font bien partie des grandes nouveautés ! Mais dans le thème de la réincarnation, un chat de taille humaine, Mr Mistoflees, le magicien du spectacle Cats, tient le rôle d’un personnage malin, doué d’une très grande dextérité manuelle, et d’ une force attractive de son être de laquelle découle une magie indéniable… Aimé de tous ! Sur 650 personnes sélectionnées pour les comédies musicales, seules trois personnes pouvaient incarner le personnage de Mr Mistoflees dont Akihiko Nagano. Cats, spectacle musical créé en 1981 à Londres, continue à être joué depuis 31 ans dans tout le Japon. Un record ! Un culte ! Finalement le thème de la réincarnation et de la renaissance a immortalisé le spectacle.

catsMr Mistoflees ou plutôt Akihiko Nagano , a commencé la danse à l’âge de 12 ans, en suivant une formation de danse jazz . Et, à 15 ans, il s’est tourné vers une formation classique, unique danseur entouré d’une cinquantaine de danseuses, aux allures gracieuses déployant leurs cous tels des cygnes. L’élite ! Elles ne l’épargneront pas de leurs regards hautains, le mettant à l’écart lorsqu’à l’âge de 16 ans, il réussit le concours de danse classique dans le ballet « Corsaire ». Inspiré par le danseur Jorge Donn de la compagnie de Maurice Béjart, à 17 ans, il passe une audition devant le chorégraphe français à Lausanne. Une minute d’improvisation, une minute éternelle : son enregistrement musical (« les jumeaux » avec Motoki Masahiro) soudain devenu inutilisable , on lui propose alors un autre tempo, un air traditionnel japonais. De la pure improvisation !
Un membre du jury lui a pris la main pour le forcer à regarder le résultat. Persuadé de son échec, il n’entendait déjà plus rien mais ses yeux voyaient bien son nom parmi les quarante personnes sélectionnées sur les deux cents présentées.
Passion, joie de vivre et tolérance lui seront infusées par son professeur principal, Maurice Béjart, dans son apprentissage de danseur . Déterminé à s’illustrer dans la comédie musicale, il interprètera aussi « Roméo et Juliette ». A Osaka, sous la direction d’un des meilleurs danseurs du Japon, Youya Shinjo, pour le spectacle GQ (Gentlemen quality), on fera appel à Akihiko et 20 autres danseurs aussi talentueux.
Au Japon, sous les injonctions des « gambatte ! » « 頑張って » (courage !), et pire même « mottanai ! » « もったない » (Quelle perte !), dans le sens unilatéral de devoir persévérer sans rien gâcher, il est plus facile d’emprunter la voie commune. Jeunesse, c’est à vous de jouer !

Et Akihiko partit de la scène en exécutant 26 tours car il a d’autres chats à fouetter.

Info pratique pour se rendre au temple Gotokuji (Maneki Neko) : au départ de la gare de Shinjuku, prendre la ligne Odakyu en direction de Honatsugi, descendre à la gare de Gotokuji (environ 15 minutes, 180 yens), puis 7 minutes à pied.

Par Pascale Batori

 

ミュージカル『キャッツ』:マジカル・ミスター・ミストフェリーズ!

Akihiko Nagano
Akihiko Nagano

不思議な力をもつ「招き猫」の伝説によると、昔々、野良猫の「たま」がご主人様に幸運と繁栄をもたらしたということで、「たま」がまつられたお寺もできました。以来、猫の置物(手招きする猫)は、商売繁盛に欠かせないとしてお店に置かれるようになりました。お金儲け云々以外にも、日本人の猫に対する情熱はあらゆる形で目につきます。芝居やショーでは猫に変身した人が登場しますし、人間と同じレベルと見なされる猫も。たとえば、和歌山県紀の川市のたま駅長。帽子をかぶり、首にホイッスルを下げた猫が駅長に任命されたことで、西日本の小さな寒村に大挙して人が押し寄せました。たまが亡くなるとすぐに、この輝けるたま駅長の時代を記念し、和歌山電鉄の救世主を讃えるために、日本人のみならず外国人のファンたちまでもが墓碑の前に祈りを捧げに訪れました。何とその墓碑は本当の神社、その名も「たま神社」にあるのです!
「たま」、これは特別な猫に与えられる名前でしょうか、あるいは慈悲深い魂の生まれ変わりでしょうか?ああ!古代エジプトへの回帰 !? ハローキティ、アニメのシリーズ、そして東京にオープンした“猫カフェ”という新しいコンセプト。ほかにも数々の新機軸が登場しています。しかし生まれ変わりというテーマに戻ると、人間サイズの猫、ミュージカル『キャッツ』に登場するマジシャン、ミスター・ミストフェリーズは、賢く、手先が非常に器用で、魅力的な力を持ち、その存在から明らかな魔力があふれてくる、という人物像を担っています。つまり誰からも愛される存在です!ミュージカルのために選抜された650人の中で、ミスター・ミストフェリーズを演じられるのは3人だけ。そのうちの一人が、永野亮比己です。1981年にロンドンで生まれたミュージカル『キャッツ』は、日本各地で31年間上演され続けています。これは記録的な長さであり、熱狂的なファンを生んでいます。つまるところ生まれ変わりやよみがえりというテーマが、このミュージカルを不朽の名作にしているのです。
Akihikoミスター・ミストフェリーズを演じる永野亮比己は、12歳でジャズダンスを習い始め、15歳でクラシックバレエに転向。白鳥のように首筋を伸ばす優雅なバレリーナたち50人ほどに囲まれた、たった一人の男の子でした。選ばれし者!はじめはバレリーナたちから見下すような視線を投げかけられ、のけ者にされていたものの、16歳でバレエ『海賊』のコンクールに合格。モーリス・ベジャールのバレエ団に所属するダンサー、ジョルジュ・ドンに憧れ、17歳でローザンヌに渡りベジャールのオーディションを受けます。課題は1分間の即興。永遠の1分間。自分で用意した音楽が突然使えなくなり、急遽提案されたのが日本の伝統音楽で踊ることでした。まさに即興です!
オーディションが終わると、審査員の一人が彼の手を取り、結果を見るよう促しました。ダメだったと確信していた彼の耳にはもう何も聞こえていませんでしたが、その目には、応募した200人の中から選ばれた40人の中に、たしかに自分の名があるのがはっきりと見えました。
ダンサーとしてモーリス・ベジャールから薫陶を受け、情熱、生きる喜び、そして寛容さを身につけた彼は、ミュージカルで名をあげようと決意し、『ロミオとジュリエット』にも出演。日本を代表するダンサーの一人、新上裕也が監督した大阪での舞台『GQ Gentlemen quality – 紳士の品格 – 』では、日本最高峰のダンサーの一人として他の20人のキャストと共に出演しました。
日本では、一方的な « 頑張って » 、あるいは« もったいない» の掛け声のもと、他人と同じ道を進むのが楽な生き方です。しかし若さがあれば、何でもできる!

そして亮比己は、26回転しながら舞台から去りました。他に鞭打つべき猫がいるから(フランスの慣用句で、他にやるべきことがある、の意味)です!

バトり パスカル

 

 

Une histoire de lapin… うさぎのお話…

Une histoire de lapin… うさぎのお話…

Full Moon Silhouettes is a real time video of the moon rising over the Mount Victoria Lookout in Wellington, New Zealand. People had gathered up there this night to get the best view possible of the moon rising. I captured the video from 2.1km away on the other side of the city. It's something that I've been wanting to photograph for a long time now, and a lot of planning and failed attempts had taken place. Finally, during moon rise on the 28th January 2013, everything fell into place and I got my footage.

Je vous dis “pleine lune”, vous me dites…Loup garou ? Ok. Qu’il est temps de passer chez le coiffeur si je veux que mes cheveux repoussent plus vite ? Aussi ! Figurez-vous qu’au Japon, qui dit pleine lune dit… lapin! Vous avouerez qu’avec nos monstres nous avons l’esprit mal tourné. Encore que le loup-garou ne vit pas sur la lune. C’est la pleine lune qui entraîne la transformation d’un homme en loup-garou. Le lapin dont je vous parle, lui, vit sur la lune ! C’est un petit bond pour le lapin, mais un grand bond euh… pour tous les autres lapins ? Eh bien non ! Pas tous, seulement pour ceux qui savent cuisiner… Je m’explique.

La lune a toujours été objet de fascination, symbole d’inspiration et de créativité aussi bien en orient qu’en occident. Divinité dans beaucoup de civilisations, elle sera Séléné chez les Grecs, Luna chez les Romains. Parmi les arcanes majeurs du tarot de Marseille, la lune est de bonne augure, bienveillante et catalyseur de l’esprit créatif. Elle est encore aujourd’hui vénérée par les Wiccans, qui y voient une représentation de la triple déesse fondatrice de leur religion. Celle-ci est également repère, tant pour le voyageur nocturne que pour nombre de calendriers. Très présente dans les mythologies et religions du monde, la lune est une source intarissable d’inspiration pour les contes et folklores. Je l’annonçais en introduction, le mythe du loup-garou, intrinsèquement lié à ce satellite terrestre voit sa source dans la mythologie grecque. Il s’est ensuite développé dans nombre de pays européens. Les Japonais, eux aussi, se sont inspirés de la lune pour enrichir leurs légendes populaires.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                           Le mythe du lapin lunaire (月の兎、tsuki no usagi) est très répandu en Asie. Lièvre pour les chinois, lapin pour les Coréens ou les Japonais, ce petit mammifère à l’allure plutôt sympathique s’illustre dans la légende par son sens du sacrifice. En effet, contrairement à ce que l’on pourrait croire, le lapin a du cœur. Sortez les mouchoirs, je vous raconte…
Un dieu décida un jour de se rendre sur terre sous la forme d’un homme affamé pour mieux se rendre compte de la capacité des animaux à survivre dans la forêt (les dieux sont très tournés vers les études empiriques !). Emus par l’état de l’homme, les animaux se mirent à l’œuvre pour lui trouver à manger. Le singe grimpa aux arbres pour cueillir des fruits, l’ours pêcha du poisson dans la rivière, les oiseaux chassèrent des insectes et des vers. Le lapin, quant à lui, pas très dégourdi apparemment, ne parvint pas à aider l’homme affamé. Lorsqu’un feu fut allumé, il décida se s’y jeter et d’offrir sa propre chair. Le dieu, touché par un tel acte, offrit au lapin une place sur la lune pour saluer son sacrifice où aujourd’hui encore il prépare à manger. A noter que le conte connait de nombreuses variantes, le dieu est parfois remplacé par un simple mendiant, le singe par un renard, l’ours par une loutre… la fin de l’histoire reste inchangée, le lapin y passe !

s-amour-aiL’œil avisé verra dès lors sur la surface de la lune un lapin en train de préparer du mochi (gâteau de riz japonais) à l’aide d’un pilon et d’un mortier. A y regarder de près, je dois bien avouer que le lapin s’y dessine effectivement, et que l’imaginaire comble rapidement les zones floues. Maintenant que vous connaissez l’histoire, vous ne pourrez plus jamais voir autre chose qu’un lapin lors de vos promenades romantiques les soirs de pleine lune. Je viens donc de vous gâcher la pleine lune pour toujours, ne me remerciez pas, ça me fait plaisir ! Pour finir, lorsqu’un Japonais vous dira « Tiens, le lapin fait son mochi ! », maintenant vous savez pourquoi  !

Par Matthieu Lavalard

うさぎのお話…

「満月」と言われたら、連想するのは… 狼男?OK。私の髪がもっと早く伸びるように床屋に行ってみましょうか。そして、何と日本では、満月といえば…うさぎなのです!狼男なんて言っている我々フランス人は心がひねくれていると思わざるをえません。しかも狼男は月に住んでいるわけではなく、満月を見て人が狼男に変身するのですが、ここで話題にしているうさぎは、月に住んでいるのです!そのうさぎにとっては小さなひとっ飛びでも、他のうさぎたちにとっては一大跳躍だろうって? そんなことはありません!月に行けるのは料理のできるうさぎだけ。理由は後で説明します。

洋の東西を問わず、月はいつの時代も人びとの心を魅了し、インスピレーションや創造力の源となってきました。ギリシャ神話ではセレネ、ローマ神話ではルナという女神としてあがめられ、マルセイユ版タロットの大アルカナでは、月のカードは吉兆であり、好意的で、創造力に満ちた精神の触媒です。今日でも、ウィッカ信仰(古代の風習にその源流を持つと信じられている信仰と儀式に基づく自然宗教)の信者は月を崇拝し、自分たちの宗教を作った女神の象徴として、三つの月のシンボルを用いています。夜の旅人や、多くの暦にとっても重要な目印や基準点であるほか、世界中の神話や宗教に取り上げられ、おとぎ話や民間伝承にとっても尽きることのないインスピレーションの源となっています。冒頭で狼男を取り上げましたが、月と本質的に結びついたこの伝説の起こりはギリシャ神話で、その後ヨーロッパ諸国に広がったものです。日本人も月からヒントを得て独自の民間伝承を発達させました。

月のうさぎの伝説は、アジアに広く伝わっています。中国では野うさぎ、韓国や日本ではうさぎ。割と感じのよいこの小さな哺乳類は、伝説の中ではその犠牲の精神によって有名です。というのも、一般的なイメージとは逆に、うさぎはとても心優しいのです。これからお話しますから、どうぞハンカチのご用意を…
ある時、神(帝釈天)が、動物が森の中で生き延びる力を知るため、飢えた男の姿に化けて地上にやってきました(神々は経験的な調査がたいそうお好きなようで!)。男の姿を憐れんだ動物たちは、一生懸命食べ物を探しました。猿は木に登って実を集め、熊は川で魚を捕まえ、鳥は虫やミミズなどをとってきました。しかしそれほどすばしこくないうさぎは、食べ物を何も持ってくることができませんでした。火が焚かれたとき、うさぎは自らその火に飛び込み、飢えた男に自分の肉を捧げたのです。この行動に感動した帝釈天は、その犠牲の精神を讃えるために月にうさぎの居場所を作り、今日でもうさぎはそこで食べ物を用意しているというわけです。ただしこの伝説には数多くのバリエーションがあり、帝釈天の代わりに単なる物乞いであったり、猿の代わりに狐であったり、熊ではなくカワウソであったりしますが、それでも結末はいつも同じ、うさぎの話で終わります。

この話を聞いた以上、これから注意深く満月を見るとうさぎが杵と臼で餅をついているところが見えることでしょう。よく見ると、正直に言って私の目にもたしかにうさぎが見えてきます。そしてぼんやりした部分もすぐに想像力で補うことができます。この話を知ってしまったからには、もはや皆さんも満月の夜、ロマンティックなお散歩をしている時でも、月の模様はうさぎにしか見えないことでしょう。皆さんの満月を永久に台無しにしてしまったかもしれませんが、お礼など結構ですよ。好きでやってることですから!これでもう、日本人から「おや、うさぎが餅をついている!」と言われても、驚かずに済みますね!

ラヴァラール マチュー

 

 

 

 

 

6ième éditorial

6ième éditorial
LesClochesFeu ! Un tir, deux ! … Des fusées sifflotantes détonnent dans un ciel obscur et soudainement illuminé par des torpilles brillantes, rosaces colorées et jets de lumière. Chaleur ! L’été brûlant embrase le ciel de tons orangés dans la tourmente du soleil couchant. Lumière ! Des lanternes sont allumées et déposées sur l’eau. Des torches de feu vont enflammer des branches de bambou, représentant un immense kanji « 大 » ; le « daimonji » brillera dans la montagne ; vu de loin ou du ciel, ces signaux de feu pourraient nous faire croire à une piste d’atterrissage. Ne serait-ce pas « O-bon », la fête des morts au Japon, la fête des fantômes en Chine ?     Pourtant, tant d’allégresse dans les rues animées ! Danseurs portant des costumes d’époque et chars portés par des hommes semi-nus en transe surgissent ça et là. A travers ce retour aux fêtes ancestrales , à la croisée des retrouvailles filiales, le monde des vivants et celui de l’au-delà ne sont plus des lieux séparés. Les morts seront entraînés, malgré eux, dans la fournaise des fêtes estivales : reconnaissance et joie leur sont prodiguées. Et si les ancêtres n’avaient jamais quitté notre monde physique mais seulement changé d’état de conscience ? Lampions et lanternes innombrables au bord des chemins ou suspendus devant les maisons ; tant de feu, de chaleur et de lumière ! Les ancêtres ne pourraient-ils pas extraire une étincelle, une flammèche de cet embrasement ? Lumière pour ?… Eclairer leurs routes similaires à nos « aller au paradis ou en enfer » ou être dans l’instant du « je suis » et par analogie « j’y suis » ?
En été, on y voit plus clair ! Eux seuls le savent…

で切り裂いたかと思うと、突然にキラキラときらめいてはじけ、色と点火!一発、二発! … 打ち上げ花火が薄暗い空をひゅーっという音りどりの薔薇模様や光線で空を彩ります。熱!燃えるような夏が、慌ただしく沈む夕日で空をオレンジ色に照らします。光! 灯篭に火が入れられ、水の上に並べられます。巨大な「大」の文字の形に並べられた松明に火がつけられて燃え上がり、山肌に「大文字」が輝きます。上空からは、着陸用滑走路に見えるかもしれません。これがまさに、日本における死者のお祭り「お盆」(中国における「鬼節」)なのです。
それにしても、にぎやかな通りが歓声であふれているではありませんか!浴衣姿の盆踊り。半裸の男たちが担ぐ御神輿。あちこちでトランス状態が起こっています。代々伝わってきたこのお祭りを通して、親子の再会を通して、この世とあの世がひとつになります。死者たちは、否応なく夏祭りの熱気の中に引っ張り出され、感謝の気持ちや喜びが捧げられるのです。 そしてもしも祖先たちが片時もこの世から去ったわけではなく、意識の状態を変えただけだとしたら?道端や家の前に掲げられた無数の提灯。これほどの火、熱、そして光!祖先たちはこうした輝きや激情から火花を抜き出すことができないのでしょうか?この光は…?フランス人が言うところの「天国に行くか地獄に行くか」に類する彼らの道を照らすものなのか、自分自身の存在を確認する、そして類推によって「あの世にいる自分」をも確認するためなのでしょうか?
夏になると、物事がはっきりと見えなくなります。それを知っているのは、“彼ら”だけ…